MON ENFANT, MA DÉCHIRURE

Je t’attendais depuis toute petite
Toi tu prends la fuite
Sans même me laisser le temps
De t’aimer comme une maman.
Toi tu t’en fous si j’ai mal
Si mon bonheur se fait la malle
T’es déjà un ange au paradis
En laissant l’enfer comme vie.
Toi et moi on aurait pu faire
Le tour du monde de l’amour
Mais je ne sais que faire
De ce vide qui comble mes jours.

Mon enfant, ma déchirure,
T’es parti comme un salaud
Il me reste que les blessures
Au fond de ton berceau.
Mon enfant, ma déchirure,
Sans toi c’est trop dur
D’être comme les autres femmes.
Y’ a plus de couleur dans mon âme.

Je t’attendais depuis des mois
Et toi tu t’en vas comme ça.
Je te sentais respirer
Et toi tu t’en foutais.
Je me voyais déjà mère
Tu n’m’as laissé que d’amères
Larmes et je me sens seule.
J’en ai reçu des coups dans la gueule
Sans jamais tomber à genoux.
Et toi tu m’as mis K.O.
Je n’arrive plus du tout
À sortir la tête de l’eau
Je me sentais femme hier
Maintenant je n’suis que poussière.

Mon enfant, si tu savais combien
Je n’suis comme un chien
Qu’on abandonne sur la route.
Mon cœur est en déroute
Sans ton regard, ma vie parait
Dégueulasse même les baisers
Qu’on pose sur mon front
J’essaie de t’effacer de ma mémoire
Mais ton absence me plonge
Dans la peine, dans le noir.
Je sais que c’qui me ronge
Me libérera de ce poids
Qui me tient loin de toi.
Et je te retrouverai enfin
En te prenant la main.​

Découvrez également mes autres textes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *